top of page

Le mois du rosaire



Voici qu'a débuté le mois d'octobre qui est le mois du Rosaire. Chaque année, nous avons parmi les participants à nos événements des gens qui se sont un peu éloignés de la foi de leur enfance, ou qui au contraire aspirent à recevoir une éducation chrétienne qu'ils n'ont jamais eue ; d'une manière générale, nous sentons tous bien souvent que nous ne prions pas assez et ne vivons pas notre quotidien en union parfaite avec notre Seigneur.


Nous allons faire ce pari les uns avec les autres ; à la fin de ce mois du Rosaire, nous aurons, par les méditations du chapelet, ressenti au moins une fois la présence de Dieu dans nos âmes.


Mais avant de nous attaquer à ces considérations toutes spirituelles, revenons sur l'Histoire de ce mois du Rosaire avec l'abbé L. Jaud :


"En action de grâces de la décisive victoire remportée à Lépante par la flotte chrétienne sur la flotte turque, le premier dimanche d’octobre 1571, le saint Pape Pie V institua une fête annuelle sous le titre de Sainte Marie de la Victoire ; mais peu après, le Pape Grégoire XII changea le nom de cette fête en celui de Notre-Dame-du-Rosaire.


Tableau représentant les armées catholiques face aux turcs, victoire gagnée grâce au rosaire.
La bataille de Lépante en 1571

Le Rosaire avait été institué par saint Dominique au commencement du XIIIe siècle. Par le zèle des Papes, et aussi par les fruits abondants qu’il produisait dans l’église, il devenait de plus en plus populaire. Au XVe siècle, le bienheureux Alain de La Roche, Dominicain, fut suscité par Marie pour raviver cette dévotion si excellente.

Plus tard, dans les premières années du XVIIIe siècle, parut un homme extraordinaire appelé à bon droit le Dominique des temps modernes, et qui fut le grand propagateur, l’apôtre de la dévotion au saint Rosaire ; c’est saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Depuis saint Dominique, il n’y a pas eu d’homme plus zélé que ce grand missionnaire pour l’établissement de la confrérie du Rosaire : il l’érigeait dans tous les lieux où elle ne l’était pas ; c’est le moyen qu’il jugeait le plus puissant pour établir le règne de Dieu dans les âmes. Il composa lui-même une méthode de réciter le Rosaire, qui est restée la meilleure entre toutes, la plus facile à retenir, la plus instructive et la plus pieuse. L’Apôtre de l’Ouest récitait tous les jours son Rosaire en entier, suivant sa méthode, et le faisait de même réciter publiquement tous les jours dans ses missions, et il a fait un point de règle à ses disciples de suivre son exemple.

Par son Rosaire quotidien, Montfort convertissait les plus grands pécheurs et les faisait persévérer dans la grâce et la ferveur de leur conversion ; il pouvait dire : « Personne ne m’a résisté une fois que j’ai pu lui mettre la main au collet avec mon Rosaire ! » (...) Son oeuvre a continué après lui ; c’est le Rosaire à la main que la Vendée, en 1793, a défendu ses foyers et ses autels ; c’est aussi le Rosaire ou le chapelet à la main que les populations chrétiennes paraissent dans toutes les cérémonies religieuses."


Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l’année, Tours, Mame, 1950.


Pourquoi prier le rosaire ?


Le premier enseignement à tirer de cet historique du Rosaire, c'est que Dieu nous écoute et exauce les prières sincères pour les causes justes : Lépante en est la preuve éclatante, qui doit inciter à la prière (et à l'Espérance) les militants que nous sommes. Il faut rappeler également que contrairement aux idées reçues, les Vendéens de 1793, qui combattirent le chapelet à la main, ont gagné : la constitution civile du clergé fut abrogée, et des rois revinrent sur le trône ; c'est leur impéritie qui causa leur départ.


Et si nous nous en tenions à une vision purement utilitariste de la religion, comment ne pas faire le lien entre les conversions massives opérées par les Rosaires de St Louis-Marie Grignon de Montfort, "apôtre de l'Ouest" qui mourut au coeur de ce qui devint plus tard la Vendée militaire, et la Contre-Révolution ? St Louis-Marie Grignon de Monfort a converti des milliers d'âmes par la récitation du chapelet.

En ce début de mois du Rosaire prenons la résolution de dire au moins une dizaine à genoux durant le mois en demandant à Dieu et à Notre Dame de convertir et de sauver notre pays.


Comment prier le rosaire ?


C'est la prière la plus simple du monde, elle a été priée depuis des siècles par les plus grands rois et les humbles paysannes.


On commence par la prière du credo, un "Notre Père" puis on dit trois "Je vous salue Marie". Ensuite à chaque "dizaine" on dit une fois le "Notre Père, dix fois le "je vous salue Marie" et on termine chaque dizaine par "Gloire soit au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant, et pour les siècles des siècles, ainsi soit-il".


A chaque dizaine correspond un mystère. Il existe les mystères joyeux, douloureux, glorieux et lumineux qu'on peut dire chaque jour de la semaine en alternant.



Mystères joyeux du rosaire
Mystères joyeux du rosaire



Mystères douloureux du rosaire
Mystères douloureux du rosaire


Mystères glorieux  du rosaire
Mystères glorieux du rosaire

0 commentaire

Comments


bottom of page