• Julien Langella

Les clandestins africains se ruent vers les Etats-Unis : « moins racistes que les Mexicains »


Article du site mexicain d'information La Opcion. On notera que ces clandestins ont pris l'avion pour traverser l'Atlantique, ce qui n'a guère pu se faire sans la complicité de leurs gouvernement, trop heureux de se débarrasser de ses pauvres. Ce qui montre une fois de plus qu'il n'y aura pas de remigration vers l'Afrique tant que les nations européennes ne reprendront pas, outre la maîtrise de leurs frontières, la maîtrise du monde ! L'Europe se protégera en redevenant une puissance mondiale. Dominique Venner l'avait bien compris, lui qui disait avoir rejoint l'OAS et défendu l'Algérie française pour protéger la « frontière sud de l'Europe ».

Chiapas : les migrants africains fuient les rebelles et leurs armes... Et comme ceux du Honduras, du Salvador ou du Guatemala, ils marchent vers le rêve américain. Maketa Cedrick de Jesús en fait partie.

Avec sa femme enceinte et ses deux enfants de 2 et 5 ans, il avance sur le territoire national. Maketa est sûr d'arriver et envoie un message au président de ce pays : « Je veux dire Trump, les Etats-Unis ne sont pas à lui. C'est le président, mais le pays ne lui appartient pas ; nous n'irons pas dans sa maison mais dans le pays qu'il dirige ». Cependant, dire que Maketa et sa famille vont de l'avant, c'est beaucoup dire.

En fait, ils ont été stationnés pendant 20 jours devant le poste d'immigration de Tapachula au Chiapas. Il dit qu'ils viennent seuls, sans l'aide de passeurs. Et pour le prouver, il parle des risques sur la route et de ce qu'il a dépensé en voyage : 3 850 dollars.

Ceux qui embauchent des gangs de trafiquants de migrants « paient plus cher ». Plus ou moins 7 000 dollars ou 15 000 ou 20 000 dollars, mais ils y vont directement et en toute sécurité. Les migrants africains viennent de la République démocratique du Congo, de l'Angola, du Cameroun, du Ghana, du Burkina Faso, de la Guinée, du Nigeria, du Kenya, de l'Ethiopie et d'autres pays.

Il leur a fallu six mois pour atteindre notre pays. Ils ont quitté le Congo par avion pour Cuba et ont ensuite traversé l'Équateur, la Colombie, le Panama, le Costa Rica, le Nicaragua, le Honduras, le Guatemala et le Mexique. En bus et en marchant.

Jeudi soir, une tempête est tombée à Tapachula. Ils ont frappé à la porte du poste d'immigration et ils nous les ont ouverts. Ils ont été placés sous le toit de la porte principale puis retirés de cet endroit.

Ils se sont mouillés et ont dormi debout. Avec les Africains vivent des migrants du Sri Lanka, du Népal, du Bangladesh, de l'Inde, de l'Afghanistan, de la Palestine, d'Haïti, de Cuba, de l'Angola, etc. Au total, 800 migrants étaient en liberté.

Aux portes de la station migratoire, il n'y a pas d'autorités pour les accueillir ; mercredi dernier, le personnel de l'Institut national des migrations a demandé un « pré-enregistrement » avec la promesse que certains d'entre eux seraient admis, mais celles-ci n'ont pas été tenues.

A la discussion avec Maketa, se joignent les femmes : Tatiana, Many et Marvil, qui sont les seules à parler espagnol, saupoudrées de mots de leur langue. Maketa dit qu'au Congo, le conflit entre les rebelles de gauche et de droite, les Maï Maï et les M 23, touche toute la population. Et ils fuient.... Ils se réfugient dans des endroits reculés ou quittent simplement le pays. Dans leur voyage à travers l'Amérique du Sud jusqu'au Mexique, ils ont tout affronté : la jungle de la Colombie a couvert leur passage. Un voleur a tué un voyageur qui n'avait pas d'argent à donner.

Également du Congo, Adilson y a séjourné. Entre Maketa et ses amis, ils ont creusé un trou et l'ont mis dedans. Ils sont restés au Panama pendant au moins deux mois.

En attendant leur document migratoire, « les gens doivent aller dans un autre camp de réfugiés, cela prend beaucoup de temps, beaucoup de temps ».

Au Nicaragua, « pour passer, ils demandent 150 dollars par personne, soit l'équivalent des enfants ; et si une femme tombe enceinte, elle doit payer les deux : elle et le bébé ; et si une femme a cinq enfants, soit 150 dollars pour chacun ».

Mais son opinion sur le gouvernement du Mexique est définitive : « C'est le pire : il n'accorde pas d'attention aux réfugiés. Hier soir, il a plu et à l'intérieur, ils ne nous ont pas accordé d'attention. Il y a beaucoup de racisme ici. » Et il dit qu'aux États-Unis, ils « apprécient le migrant ».

#afrique #remigration #immigration #invasion #etatsunis #trump #mexique #clandestins #migrants #racisme #racistes

98 vues

© 2020 par Academia Christiana