© 2020 par Academia Christiana

  • Academia Christiana

Le collectif Némésis : des féministes anticonformistes



QUI SONT LES NÉMÉSIS ?

Nous sommes un groupe de jeunes femmes parisiennes plus la plupart, excédées d’être harcelées, agressées, violées, tuées à cause de notre sexe, de notre façon de nous habiller ou même de notre origine.





POURQUOI CE NOM ?

Némésis étant la déesse de la juste colère et du châtiment céleste, elle symbolise notre volonté de vouloir rendre justice aux femmes victimes d’agressions.


POURQUOI NÉMÉSIS ?

Nous ne nous reconnaissons pas dans le féminisme post-moderne qui domine médiatiquement. Ce féminisme-là refuse de nommer et de décrire ses agresseurs infligeant ainsi une double peine aux victimes. Notre but est avant tout de libérer la parole des femmes françaises et de mettre en évidence le rôle que jouent les politiques migratoires dans les problèmes que subissent les femmes.


POURQUOI SE FOCALISER SUR CES PROBLÈMES ?

Nous avons toutes fait le même constat : les personnes qui nous agressent quotidiennement sont en grande majorité des non autochtones. Nous avons créé Némésis parce que les organisations féministes classiques sont très rétives à parler des affaires comme celles des agressions sexuelles de Cologne (causées par des personnes d’origine proche-orientale ou maghrébine) ou des viols et du proxénétisme à grande échelle sur des femmes britanniques mineures à Rotherham, Telford, Rochdale, Derby, Oxford etc (organisés exclusivement par des membres de la communauté indo-pakistanaise). Mais aussi parce que le harcèlement de rue est majoritairement le fait d’hommes issus d’une culture différente et que les association féministes tentent de cacher ce fait en masquant nos problèmes très concrets par des concepts abstraits comme celui de « patriarcat », en niant l’origine et la religion des agresseurs.


ET LES FRANÇAIS QUI AGRESSENT DES FEMMES ?

Nous ne nions en aucun cas les crimes des Français. Mais est-il nécessaire d’importer plus de problèmes que nous n’en avons déjà ? Il y a évidemment des Européens de souche qui agressent, violent ou tuent des femmes, Marc Dutroux ou Bertrand Cantat sont connus de tous mais les féministes n’ont eu aucun frein pour faire condamner leurs crimes, alors qu’elles ont beaucoup plus de mal à dénoncer les viols et agressions sexuelles commis par des individus de culture non européenne. Contrairement au féminisme mainstream qui préfère désigner, selon leurs dires, « l’homme cis blanc dominateur » comme principal agresseur des Françaises, nous avons la lucidité de considérer qu’ils ne sont pas notre première menace.


QUELLE EST NOTRE POSITION SUR LE PORT DU VOILE ? LA GPA OU PMA ? LES INÉGALITÉS SALARIALES ? L’IVG ?

Au sein de notre groupe, il y a des sensibilités différentes, c’est pourquoi nous n’aborderons pas ces sujets. Les autres organisations de lutte pour les droits des femmes s’en occupent, nous préférons nous occuper d’un sujet délaissé par elles.


ETES-VOUS RACISTES ?

Non. Certaines de nos militantes ne sont pas blanches et les problèmes dont souffrent les femmes françaises touchent aussi celles d’origine non-blanches. Mais quelle que soit notre origine, notre situation ne s’améliorera qu’en regardant en face les problèmes du multiculturalisme. Ainsi nous pourrons peut-être éviter de nouveaux « Cologne » ou de nouveaux « Rotherham ».


ETES-VOUS LIÉES A UN PARTI POLITIQUE ?

Non. Certaines d’entre nous se revendiquent de droite comme d’autres se revendiquent de gauche (de moins en moins) et d’autres se disent apolitiques mais nous ne sommes affiliées à aucun parti ou organisation politique.


ETES-VOUS FÉMINISTES ?

Oui, nous ne laisserons personne nous dire que nous ne pouvons pas nous revendiquer comme telle. Il y a autant de définitions du mot féminisme qu’il y a de femmes. Certaines féministes sont pro voile, certaines sont contre la prostitution, d’autres pensent qu’au contraire, cela fait partie de la libération de la femme, certaines sont pour la GPA et d’autres rétorqueront que c’est de la marchandisation du corps de la femme. Défendre les femmes en pointant du doigt le lot de problèmes que l’immigration apporte l’est tout autant.