• Solenn

L'avortement et l'oppression du peuple français


Nous publions le billet d'humeur d'une jeune militante d'Academia Christiana, lycéenne en Bretagne, rédigé au lendemain de la Marche Pour la Vie.

La liberté de tuer n’est pas une vraie liberté mais une tyrannie qui réduit l’homme en esclavage. Ce dimanche, c’est contre cette tyrannie républicaine que des milliers de Français sont venus manifester : tyrannie dévastatrice et mortifère digne des pires périodes de l’histoire !

Leurs pas sur les pavés parisiens n’étaient pas seulement l’échos de convictions bioéthiques mais aussi, et surtout, d’une révolte politique. Vous, manifestants, jeunes ou moins jeunes, vous qui étiez présents à Paris, que ferez-vous après ? Que ferez-vous après avoir marché quelques heures pour témoigner votre colère à un gouvernement qui vous méprise ? Rentrer chez soi et revenir l’année suivante n’aurait aucun intérêt… ce ne serait que cocher une case sur le chemin de l’obéissance, le tout avec un air de rébellion bourgeoise qui leur permet de vous faire croire que vous êtes libres. Douce illusion ! Alors que ceux qui assument leurs convictions et n’ont pas peur d’outrer la bien-pensance d’un régime illégitime sont relégués aux secondes lignes, cachés par les médias, on est forcé de chercher la cohérence de ce combat. Car vous ne vous battez pas seulement pour défendre la dignité humaine !

Marcher pour la vie, ce n’est pas seulement lutter en défaveur des lois sur l’IVG, la PMA, l’euthanasie. Ceux qui manifestent en vue de la révision de la loi Veil, qui serait une réaction à leur mobilisation, n’ont rien compris… et la mobilisation même d’un million de personnes ne ferait pas bouger le gouvernement. Aucun homme politique ne reviendra prochainement sur cette loi… mais qu’importe ? Ce que nous voulons avant tout, c’est mettre un frein à la prolifération de cette culture funeste. Notre premier objectif n’est pas d’interdire l’avortement mais de rendre la loi inutile, afin de rendre à chaque femme le soin de son enfant et à chaque être vivant ses droits fondamentaux. Et ce malgré les assauts fourbes de l’Etat pour détruire notre intégrité, malgré la promotion de l’eugénisme en France, malgré les quotas d’avortements imposés aux hôpitaux…

La cohérence de notre combat repose avant tout sur sa profondeur. Il s’agit de réformer nos modes de vie et de rétablir des principes de gouvernement sains. Marcher pour la vie, c’est défendre son identité, c’est préférer la protection de l’embryon à l’invasion migratoire. C’est opposer à l’avortement un plus grand enracinement de nos cultures et de nos mœurs, afin d’offrir à chacun le droit de vivre, de naître et de mourir dans la dignité. A cette jeunesse française que l’on prive d’existence, cessons de proposer des principes de bien-pensance… Ils ne feront pas renaître d’enfant ! Car la bien-pensance d’aujourd’hui, la prétendue liberté de notre peuple, c’est son pouvoir sur le plus faible. Mais existe-t-il la moindre liberté naturelle et légitime dans le massacre programmé de l’être le plus fragile qui soit, celui qui n’a même pas encore vu le jour ? Ce qu’il nous faut, c’est une renaissance nationale face un régime corrompu et meurtrier. Le combat pour la vie n’est pas un combat de tièdes, de démocrates et de citoyens du monde. N’ayez pas peur de vos convictions, notre force, c’est d’avoir raison.

Notre identité, l’enracinement de nos traditions et la noblesse de notre culture sont nos plus grands alliés devant le mensonge du gouvernement, la désinformation médiatique, l’insulte faite à nos femmes et le meurtre de nos enfants. L’Etat vous fait croire que vous êtes seuls alors que la France, la vraie France et son peuple sont avec vous… Cette longue et lente chute vers la haine et l’irrespect d’un peuple méprisé ne peut plus durer ! Marcher pour la vie et défendre son identité : même combat, notre combat !


0 vue

© 2020 par Academia Christiana